2011 : Le cri de la terre et le cri des pauvres

2011, Valleyfield et Saint-Jean-Longueuil : Le cri de la terre et le cri des pauvres; La crise écologique: un enjeu de justice sociale.

La crise écologique compte parmi les défis les plus urgents et les plus complexes qui se présentent à nous. Occasion d’interroger nos modes de vie personnels et nos choix collectifs.

Parce que l’exploitation des humains est liée à l’exploitation de la Terre, l’engagement pour la justice sociale ne peut plus, aujourd’hui, faire l’économie d’une prise en considération des questions radicales posées par la conscience écologique en émergence et tout le mouvement environnemental.

La crise écologique nous interpelle tous et toutes – et particulièrement les nouvelles générations. Elle compte parmi les défis les plus urgents et les plus complexes qui se présentent à nous aujourd’hui. Le déclin de la biodiversité, l’épuisement des ressources, la pollution, les catastrophes environnementales et le réchauffement climatique sont les symptômes d’un mode de développement et d’un rapport au monde et au vivant qui mènent à l’impasse.

En tant que citoyens et chrétiens, la crise écologique nous oblige à repenser l’interaction entre foi et politique, entre théologie et spiritualité de la création, entre éthique sociale et éthique environnementale. Elle nous donne l’occasion d’interroger nos modes de vie personnels et nos choix collectifs. Elle nous convie également à discerner les voies qui nous permettront de construire, en solidarité, un avenir viable et respectueux de la dignité de toute personne.